Autorité nationale de régulation de l’électricité : pourquoi ça bloque ?

Le retard d’opérationnalisation de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) remet aux calendes grecques des investissements privés et plusieurs chantiers stratégiques de l’Exécutif. Une situation causée par la complexité des procédures administratives.

Par

L’ANRE est censée jouer le rôle d’arbitre entre les fournisseurs, l’ONEE et les régies de distribution, et fixer les tarifs d’utilisation des réseaux de l’ONEE. Crédit: DR

Quatre ans après sa création, l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) n’est toujours pas opérationnelle. Créée en 2016 par loi 48-15 relative à la régulation du secteur de l’électricité et à la création de l’autorité nationale de régulation de l’électricité, l’autorité demeure à ce jour inactive, à cause d’une lourde procédure bureaucratique. Pourtant, selon une source proche du dossier, toutes les démarches administratives et organisationnelles sont accomplies pour boucler la boucle et opérationnaliser cette entité “hautement stratégique”. L’ANRE est censée jouer le rôle d’arbitre entre les fournisseurs, l’ONEE et les régies de distribution, et fixer les tarifs d’utilisation des réseaux de l’ONEE. Elle a pour mission principale la fixation du tarif d’utilisation du réseau électrique national de transport et des tarifs d’utilisation des réseaux électriques de moyenne tension, précise la loi.

à lire aussi

Un problème de procédure  

L’opérationnalisation de l’ANRE, comme le dispose la…

article suivant

Le port du masque est-il obligatoire en voiture ?