Prix exorbitants des médicaments, à qui profite le crime?

Les différences de prix choquantes entre des médicaments identiques, commercialisés au Maroc et en France, pénalisent le citoyen marocain, exposé à des dépenses santé grevant son faible pouvoir d’achat, et mettent en péril la solvabilité des caisses maladie. Qui a intérêt à perpétuer cette hyperinflation devenue structurelle? Et comment faire pour la combattre?

Par et

telquel

Des médicaments identiques, deux, trois, voire quatre fois plus chers au Maroc qu’en France! Avec son pouvoir d’achat limité, le citoyen marocain est exposé à des tarifs prohibitifs en pharmacie. Pour ceux qui ne disposent pas d’une couverture médicale, à savoir 38% de la population, la note peut s’avérer particulièrement salée. Pour les autres, c’est la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), les assurances privées et la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) qui trinquent, engageant des remboursements astronomiques pour des médicaments pourtant beaucoup plus accessibles à l’étranger, jusqu’à 2 à 3 fois moins chers selon la marque. Une étude interne effectuée par la CNOPS que TelQuel a pu se procurer fait état de différentiels de prix très significatifs entre les marchés marocain et français concernant…

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc