Hachem Tyal : “La santé mentale des Marocains est éprouvée, il faudrait déployer une aide accrue”

Smyet bak ?

Mohamed.

Smyet mok ?

Kheira.

Nimirou d’la carte ?

B611000.

Après de longs mois passés cloîtrés chez eux, les Marocains peuvent aujourd’hui circuler (presque) librement. Avez-vous pu mesurer les dégâts du confinement sur la santé mentale de vos patients ?

Les dégâts étaient constatables, surtout vers la fin du confinement. Les patients stabilisés ont vu leurs symptômes réapparaître. Il y a aussi ceux qui n’avaient pas de problèmes particuliers, qui ont subi de plein fouet les conséquences du confinement et ont vu apparaître des symptômes.

Quelles sont les pathologies les plus communes que vous avez relevées ?

“Cette crise sanitaire constitue une agression majeure pour l’être humain, on n’y était pas préparés. Être enfermé durablement est une condition qui est refoulée par notre système psychologique”

Hachem Tyal
Les pathologies spécifiques rencontrées sont l’anxiété générée par la peur du Covid-19. Le danger du virus a cristallisé l’angoisse. Il y a aussi des personnes qui ont développé des psychoses. Certains ont construit des histoires délirantes autour du coronavirus. Cette crise sanitaire constitue une agression majeure pour l’être…

article suivant

Adel Ourabah : “Le pouvoir algérien cherche à pérenniser le système avec un ravalement de façade”