Dr Jaâfar Heikel : “On ne peut pas paralyser le système de santé pour quelques cas positifs”

L’épidémiologiste Jaâfar Heikel décrypte pour TelQuel la décision des ministères de l’Intérieur et de la Santé de regrouper la totalité des cas actifs de Covid-19 dans les structures sanitaires spécialisées de Benguérir et Benslimane.

Par

Jaafar Heikel est épidémiologiste et directeur d'une clinique privée engagée dans la lutte contre le Covid-19. Crédit: DR

Jaâfar Heikel
 est professeur de médecine et d’épidémiologie, spécialiste en maladies infectieuses et santé publique. Il est par ailleurs directeur général de la clinique privée De Vinci, qui s’est volontairement engagée dans la lutte contre le coronavirus. Entretien. TelQuel : La décision prise conjointement par les ministères de l’Intérieur et de la Santé de regrouper les cas actifs de Covid-19 dans les hôpitaux de campagne militaires de Benguérir et de Benslimane vous paraît-elle justifiée ? Jaâfar Heikel : Plusieurs facteurs à mon sens ont été au principe de cette décision. Le premier a trait à la volonté de l’État de protéger la santé des populations. Le plus grand danger dans les épidémies, c’est la peur qui se crée autour. Aujourd’hui, cette perception du risque est telle que nous assistons à un autofreinage de l’utilisation des services de santé par les populations qui souffrent d’autres pathologies que le Covid-19.

“Le…
article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé