Les détails de la réunion entre Amzazi et les parents d'élèves du privé

Les associations de parents d'élèves sont appelés à négocier un taux avec les écoles privées accueillant leurs enfants.

Par

Crédit : FNAPEM

Le ministre de l’Education nationale, Said Amzazi, a tenu ce lundi 1er juin une réunion avec les représentants des parents d’élèves pour tirer au clair la discorde entre tuteurs d’élèves et écoles privées. La polémique s’est déclenchée en raison de l’insistance de certains établissements – fermées depuis le début de l’état d’urgence sanitaire – auprès des parents pour régler la totalité des frais de scolarités du trimestre touché par la pandémie de coronavirus. Cette réunion a vu la participation de représentants de la Fédération nationale des associations des parents d’élève au Maroc (FNAPEM), de la Confédération nationale des associations de parents d’élève au Maroc (CNAPEM) et du conseil national des représentants des parents d’élève.

D’après les sources de TelQuel Arabi, à la suite de la réunion, le ballon s’est retrouvé dans le camp des parents d’élève, qui ont été invités à négocier avec les propriétaires d’écoles privées. Les mêmes sources ajoutent que les représentants de parents d’élève n’ont pas seulement abordé la question des frais de scolarité, mais aussi les problèmes rencontrés à l’adoption de l’enseignement à distance, « en raison du non-respect par certaines écoles de leurs engagements« . Ces derniers se sont également plaint de la pauvreté de l’offre des écoles privées en ce qui concerne l’enseignement à distance au pré-scolaire, tout en restant contraints de payer les mensualités des mois d’avril, mai et juin.

Le vice-président de la FNAPEM, Nourdine Akkouri, a confié à EcoActu que « le ministre a affirmé que le gouvernement est actuellement penché sur la possibilité d’indemniser les employés des écoles privées (assistances maternelles, chauffeurs de bus, femmes de ménages et cuisiniers) dans le cadre du Fonds Covid« . Une mesure qui permettrait aux écoles de réduire les charges et par ricochet les frais exigés au parents d’élève. Akkouri a également affirmé que la FNAPEM est entrée en négociation avec des représentants d’écoles privées afin de fixer « le taux qui sera appliqué par toutes les écoles« .

Les représentants de parents d’élève ont également signalé le vide juridique dans la relation entre le ministère de l’Education nationale et le secteur des écoles privées, celles-ci étant considérées comme des investisseurs et ainsi sous la tutelle du ministère du Commerce et de l’Industrie.

à lire aussi

article suivant

Bientôt de l’hydroxychloroquine en vente dans les pharmacies et un retour de la vitamine C en rayon ?