Nadia Essalmi: “Même avant de savoir lire, l’enfant va créer un lien avec l’objet”

25Pour Nadia Essalmi, promouvoir la littérature est plus que jamais nécessaire. La fondatrice des éditions Yomad n’hésite pas à puiser dans le patrimoine oral, pour raconter des histoires aux enfants et adolescents.

Par

YASSINE TOUMI

Nadia Essalmi est, pour ainsi dire, l’une des pionnières de la littérature jeunesse, puisqu’elle fonde Yomad en 1998, la première maison d’édition marocaine spécialisée dans la production de livres pour enfants, en arabe, en amazigh et en français. Passionnée de littérature et de sport — elle a pratiqué la danse et la gymnastique à haut niveau —, Nadia Essalmi a collaboré, entre autres, avec Abdellatif Laâbi, Zakya Daoud et Abdelhak Serhane. Cette éditrice née à Casablanca manie également la plume et sort, en 2018, son premier recueil de textes, La révolte des rêves (paru chez Virgule éditions), préfacé par l’écrivain Fouad Laroui. A l’image de cet ouvrage, sa démarche, elle la conçoit militante et espère, malgré la crise, continuer de promouvoir et développer la littérature jeunesse du pays.

Continuez-vous de recevoir des propositions d’auteurs, malgré les circonstances?

Le problème n’est…

article suivant

19 septembre : 40 décès et 2.552 nouveaux cas de contaminations au coronavirus