Pakistan : un avion de ligne s’écrase à Karachi sur un quartier résidentiel

Un avion de la compagnie Pakistan international Airlines (PIA) avec une centaine de personnes à bord s’est écrasé ce 22 mai sur un quartier résidentiel de Karachi, la capitale du Sud, a indiqué l’autorité de l’aviation pakistanaise.

Par

Des équipes de secours arrosent les débris d'un avion de la compagnie Pakistan International Airlines qui s'est écrasé sur un quartier résidentiel de Karachi, le 22 mai 2020. Crédit: Asif Hassan/AFP

Des images de la télévision publique pakistanaise montrent une épaisse fumée noire s’échapper vers le ciel, derrière une maison d’apparence récente. “L’avion s’est écrasé à Karachi. Nous essayons de confirmer le nombre de passagers, mais au départ il s’agissait de 99 passagers et de huit membres d’équipage”, a déclaré à l’AFP Abdul Sattar Khokhar, porte-parole de l’autorité de l’aviation du Pakistan, ajoutant que le vol venait de Lahore, la deuxième ville du pays. L’armée pakistanaise a tweeté avoir envoyé sur le lieu de l’accident une force d’intervention rapide, ainsi que des éléments paramilitaires, qui sont arrivés sur place.

La catastrophe survient quelques jours seulement après que le pays a autorisé la reprise des vols commerciaux internes. Pendant plus d’un mois, les liaisons domestiques avaient été suspendues pour éviter une propagation du nouveau coronavirus. De très rares vols internationaux avaient été maintenus.

Incidents fréquents

Le Pakistan a un bilan mitigé en matière de sécurité aérienne, de fréquents crashs d’avions et d’hélicoptères civils et militaires s’étant produits au fil des ans. Le dernier accident aérien d’ampleur dans le pays remonte à décembre 2016, lorsqu’un avion de ligne de la compagnie nationale PIA effectuant un vol intérieur s’était écrasé dans le nord montagneux du pays, tuant 47 personnes.

Le crash le plus meurtrier ces dernières années au Pakistan remonte à 2010. Un Airbus 321 de la compagnie privée Airblue, ralliant Karachi à Islamabad, s’était écrasé dans les collines peu avant l’atterrissage prévu dans la capitale, tuant les 152 personnes à bord.

article suivant

PLF rectificative : Benchaâboun et l’insoluble “équation à six inconnus”