Mehdi Mezouari : “Vu la rapidité avec laquelle le projet de loi 22-20 a été programmé, la responsabilité en incombe au Chef du gouvernement”

Mehdi Mezouari, membre du bureau politique de l'USFP

Smyet bak ? Lahcen ben Brahim. Smyet mok ? Fatima bent Mohamed. Nimirou d’la carte ? B155535. Comment se porte l’USFP après cette affaire de projet de loi 22-20 ou “loi bavette” ? C’est tendu depuis la fuite de ce qu’on a qualifié de “texte”. Il faut néanmoins noter l’absence de document officiel qui suit les procédures juridiques en vigueur. C’est un débat de fond qui se fait au niveau de toutes les sphères du parti, et je suis confiant quant à sa finalité. Qu’en dit le bureau politique du parti ? Ou du moins, est-ce que Mohamed Benabdelkader a pu rendre compte ? Nous sommes en débat permanent sur un groupe WathsApp. Le ministre de la Justice s’est mis à disposition de tous et est prêt à se soumettre à toute décision pouvant émaner de l’instance. Nous sommes en train d’élaborer une position de sortie de turbulence interne. Elle traduirait notre identité par rapport aux problématiques posées. Un communiqué ne serait-il pas de trop ? Il y a deux paramètres. Au niveau des mécanismes d’ingénierie législative au Maroc, notre ministre a assumé la maîtrise d’ouvrage….

article suivant

Loi anti-blanchiment des capitaux : l’UE attend Benabdelkader au tournant