Massacre du troupeau de moutons de plage David : le procès ajourné

Le procès du présumé assaillant ayant foncé en voiture sur un troupeau de moutons près de Bouznika a été ajourné au 11 mai par le tribunal de première instance de Benslimane.

Par

Les moutons broutaient quand l'assaillant a pris sa voiture pour leur foncer dessus, avant de menacer le fils du berger. Crédit: Vicky-NG/Unsplash

Le tribunal de première instance de Benslimane a décidé d’ajourner au 11 mai le procès du présumé assaillant qui a foncé en voiture sur un troupeau de moutons à plage David. Le résident étranger est poursuivi en état de détention provisoire pour “menace de mort et massacre d’animaux en vertu des articles 425, 427 et 603 du Code pénal”, selon maître Mountassir Bouabib avocat de la partie civile interrogé le 5 mai devant le tribunal par plusieurs médias. “Il a avoué avoir commis les deux chefs d’inculpation devant le procureur du roi”, ajoute l’avocat.

à lire aussi

L’article 425 dispose que “quiconque, par écrit anonyme ou signé, image, symbole ou emblème, menace d’un crime contre les personnes ou les propriétés est puni de l’emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de 200 à 500 dirhams”, tandis que l’article 427 détaille : “Si la menace prévue à l’article 425 faite avec ordre ou sous condition a été verbale, la peine est l’emprisonnement de six mois à deux ans et l’amende de 200 à 250 dirhams.

Pour ce qui est du massacre d’animaux, l’article 603 dispose que “quiconque, sans nécessité, tue ou mutile l’un des animaux mentionnés à l’article 601, est puni : si l’infraction a été commise dans les lieux dont le coupable est propriétaire, locataire ou fermier, de l’emprisonnement de six jours à deux mois et d’une amende de 200 à 250 dirhams ou de l’une de ces deux peines seulement ; si l’infraction a été commise dans un autre lieu, de l’emprisonnement de quinze jours à trois mois et d’une amende de 200 à 300 dirhams”.

Élan solidaire

Pour l’association Comme chiens et chats Maroc, qui s’est elle aussi constituée partie civile, la poursuite du présumé assaillant, un résident étranger, est un soulagement. “Aujourd’hui, plusieurs personnes sont mobilisées dans cette affaire, il y a un élan de solidarité pour aider financièrement le propriétaire du troupeau et pour apporter un soutien psychologique à son fils, qui a assisté à cette scène pour le moins traumatisante”, nous indique Hind Moustaghfir, présidente de l’association de protection des animaux.

Le journal partisan L’Opinion, citant le site Akhbarouna et le tweet du présentateur de la chaîne Médi1 TV Youssef Belhaissi, avance que le prince Moulay Rachid aurait offert un troupeau de moutons à la famille victime de l’attaque. L’avocat  Youssef Rharib, qui défend à son tour la famille, dément cette information. Même son de cloche du côté de la présidente de l’association Comme chiens et chats Maroc. “Quand j’ai lu la nouvelle, j’ai pris contact avec le propriétaire du troupeau qui a expliqué que pour le moment, personne ne l’avait contacté. Il ne pouvait ni confirmer ni infirmer l’information”, nous confie-t-elle.

Il est à rappeler que dès le 2 mai, une vidéo montrant un homme foncer en voiture sur un troupeau de moutons a soulevé l’émoi sur les réseaux sociaux. L’insoutenable scène s’est passée à plage Essanaouber, communément appelée plage David, près de Bouznika.

 

article suivant

Le port du masque est-il obligatoire en voiture ?