Abdellah Cherif Ouazzani : “Si les mosquées ont fermé leurs portes, le divin n’a pas fermé les siennes”

L'islamologue Abdellah Cherif Ouazzani enseigne à l'Institut Mohammed VI pour la formation des imams

Smyet bak ? Allal ben Mohamed. Smyet mok ? Zoubida Ouazzani. Nimirou d’la carte ? C 365… (Il n’a pas voulu donner la suite). Bizarre ce ramadan sans famille, ni mosquée, ni soirées… C’est vrai qu’avec le confinement, nous avons tous été obligés d’axer notre pratique sur l’essentiel, et on a un peu oublié le superflu : la cuisine, l’habillement… Toutes ces façons habituelles de se montrer, de se faire voir. Avant le début du ramadan, j’ai aussi vu naître un vrai mouvement de solidarité et de partage avec les plus pauvres. C’est ce qui doit apparaître chez le vrai croyant. C’est pourquoi je pense que ce qui nous arrive aujourd’hui est excellent. Les mosquées fermées pendant ramadan, c’est déjà arrivé dans l’histoire ? A de nombreuses reprises. J’ai recensé, dans l’histoire du monde musulman, une vingtaine d’épisodes lors desquels les croyants ont été dans l’incapacité de se rassembler. Même l’appel à la prière a parfois dû être suspendu. Pourquoi ? D’abord, à cause des multiples épidémies, notamment celle de la peste, comme celle de 1070 à Séville. Ensuite, à cause…

article suivant

Ecoles privées : Bonnet d’âne et blanc bonnet ?