Tremblement de terre d’Agadir : récit d’une catastrophe

En rayant une ville de la carte, le tremblement de terre d’Agadir a tué 15.000 personnes et jeté à la rue les survivants. Récit d’une catastrophe qui a ébranlé tout le Maroc.

Par et

Les premiers secours sont
 dépassés par l’ampleur de la
 catastrophe. La ville est détruite à 90%,15.000 habitants sont morts, soit un Gadiri sur trois. Crédit: AFP

Lundi 29 février 1960. Agadir. Depuis une semaine, la terre tremble sporadiquement sous la cité blanche. Tôt dans la journée, vers midi, une secousse fait vaciller la ville. Des lézardes apparaissent sur les murs des immeubles, un minaret s’incline. Les superstitieux y voient un signe de la fin du monde, l’apocalypse, imminente selon la croyance populaire, à la veille du 14e siècle de l’Hégire. D’autres ont une explication toute trouvée: la terre repose sur la tête d’un taureau, qui fait basculer le globe d’une corne à l’autre, provoquant des soubresauts…

Dans l’après-midi, une vague déferle sur la baie d’Agadir, balayant le sable sur son passage. Autre signe annonciateur, des rats quittent les entrepôts de marchandises près du port. Quelques jours plus tôt, les oiseaux en vol groupé ont plané au-dessus de la ville, les chiens ont râlé à la mort sans raisons apparentes. Mauvais…

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc