Pour Karim Tazi, la crise “démontre que la production locale est une cause nationale”

Par Karim Tazi

Pour lePDG de Marwa Karim Tazi, il est impératif de tirer profit de la fenêtre de tir actuelle pour améliorer la qualité de l’offre “Made in Morocco”.

La politique d’ouverture du Maroc sur les dernières années appelle un constat douloureux et sans appel : l’économie marocaine, à l’exception de quelques activités portées par des stratégies sectorielles et un appui étatique fort, n’a que peu tiré profit de cette ouverture, n’ayant pas réussi à s’aligner sur la compétitivité internationale. En attestent la dégradation de l’ensemble des déficits commerciaux, les destructions d’emplois dans des activités avec un savoir-faire historique, la faible progression de l’offre exportable…

Contribuez vous aussi au débat sur la relance, envoyez vos commentaires ou contributions à l’adresse : restart@telquel.ma
Pas suffisamment préparée à l’ouverture, l’industrie marocaine s’est retrouvée peu à peu déclassée par rapport à la concurrence étrangère, piégée entre des pays concurrents plus compétitifs en termes de coûts (grâce à leur taille ou les aides des Etats) et des pays avancés disposant d’une offre technologique basée sur l’innovation.
article suivant

Marocains coincés, rapatriements d’étrangers, plan de crise... Enfin des explications détaillées des Affaires étrangères