Quand ramadan rime avec confinement

Alors que le mois sacré démarre, les autorités ont fait valoir le maintien des efforts pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Un choix appuyé par la prolongation, jusqu’au 20 mai, de l’État d’urgence sanitaire. En attendant d’envisager un déconfinement ?

Par

Pour le Conseil supérieur des oulémas, la préservation de la vie prime sur “tout autre acte, y compris la réunion pour les prières surérogatoires et les Sunnas d’adoration”. Crédit: MAP

C’est un ramadan singulier et sans précédent qui s’annonce. Avec une interrogation : à l’heure du confinement et de la distanciation sociale, à quoi ressemblera cette période particulière, synonyme pour beaucoup de prières et de partage ? Pour envisager ce mois de jeûne en période de pandémie, c’est le choix de la continuité qui semble primer. Du moins, tel est le signal envoyé par les autorités, qui n’ont fait l’annonce d’aucune mesure particulière, ni de communication spécifique à l’approche du mois sacré. Un appel à maintenir les efforts de rigueur et de confinement pour enrayer la propagation du Covid-19 a été entériné par l’adoption du projet de décret n°2.20.330, prolongeant la durée de l’état d’urgence sanitaire d’un mois. Approuvé en Conseil de gouvernement le samedi 18 avril, entré en vigueur le 20 mars, il est reconduit jusqu’au 20 mai dans les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés