CVE : crédit gratuit pour les autoentrepreneurs et extension de “Damane Oxygène” au secteur immobilier

Réuni aujourd’hui, le Comité de veille économique (CVE) a décidé des mesures pour venir en aide aux entreprises et ménages victimes de la crise économique liée au coronavirus.

Par

Le ministre de l'Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun. Crédit: MAP

Le Comité de veille économique (CVE) a tenu sa cinquième réunion de travail ce lundi 20 avril. Dans cette réunion qui a vu la présence du ministre de l’Économie et des Finances Mohamed Benchaâboun, une nouvelle batterie de mesures a été mise en place pour faire aux conséquences du coronavirus sur l’économie marocaine.

• Mise en place d’un crédit à taux zéro pour les autoentrepreneurs impactés par la crise du Covid-19, pouvant atteindre un montant de 15.000 dirhams. Ce crédit, qui sera disponible à partir du 27 avril 2020, est remboursable sur une période pouvant aller jusqu’à 3 ans avec un délai de grâce d’un an. Les intérêts y afférents seront totalement pris en charge par le secteur des assurances. Ce dernier contribuera, en outre, pour un montant de 100 millions de dirhams au mécanisme de garantie mis en place par l’État, à travers la Caisse centrale de garantie.

 Traitement comptable dérogatoire pour étaler les dons et les charges relatives à la période de l’état d’urgence sanitaire, sur 5 ans. À cet effet, une réunion d’urgence du Conseil national de la comptabilité sera programmée pour l’examen des modalités de mise œuvre, adaptées aux entreprises dans ce contexte exceptionnel.

 Extension du bénéfice de “DAMANE OXYGENE” aux entreprises opérant dans le secteur de l’immobilier dont la trésorerie s’est dégradée à cause de la baisse de leur activité.

• Assouplissement des procédures de déclaration des salariés affiliés à la CNSS qui sont en arrêt provisoire. Les déclarations peuvent être faites sur une fréquence hebdomadaire à compter de ce mois d’avril 2020.

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel