La digitalisation à marche forcée de l'administration

Après des années de tâtonnement numérique et quelques wagons de retard en matière de digitalisation, la crise du Covid-19 a poussé l’administration publique à passer à la vitesse supérieure.

Par

L’Institut marocain d’intelligence stratégique (IMIS) estime que “le e-gov basé sur une vision du haut vers le bas (…) n’est plus d’actualité. Le citoyen doit désormais être au centre des nouvelles stratégies numériques.” Crédit: MAP

Plus le choix. Depuis l’imposition du confinement sanitaire le 20 mars, l’administration publique a dû revoir sa manière de procéder. Pour éviter les longues files d’attente devant les guichets ou les attroupements dans les différentes institutions du royaume, et pour faciliter l’échange de documents administratifs, l’Agence de développement du digital (ADD), en coordination avec le ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, a lancé plusieurs initiatives début avril afin d’accompagner le travail à distance des administrations. Bureau d’ordre digital, guichet électronique des courriers, parapheur électronique… les administrations et organismes publics peuvent désormais gérer électroniquement les flux des courriers entrants et sortants, automatiser le traitement des courriers et dématérialiser complètement la signature des documents administratifs. Ministères, collectivités territoriales, entreprises et établissements publics ont ainsi pris le train de la digitalisation. La Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) a par exemple mis en place un site électronique spécial…

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi