Souvenirs de promenade à Rabat

Le catalogue de la Biennale d’art contemporain de Rabat en retrace les propositions fortes, et essentiellement féminines, disséminées dans la ville.

Par

Nous avons droit à un monde autre”, clame Abdelkader Damani, expliquant le fil conducteur qu’il a choisi pour mettre en œuvre la première Biennale d’art contemporain de Rabat, qui s’est tenue du 24 septembre au 18 décembre 2019. Et construire

Un instant avant le monde – collectif
ce monde autre oblige à un retour. Géographique, puisque face à l’océan, il s’agit de “rebrousser chemin”, mais aussi temporel, vers “cet instant avant le Big Bang / cet instant avant le premier cri / cet instant avant que nos yeux ne s’ouvrent / cet instant avant de nommer /cet instant avant de partir / cet instant juste avant la clarté”. “Un instant avant le monde”, le titre de cette remontée vers la genèse de la création artistique, vers sa gestation. Vers la matrice. Pour proposer une re-naissance à la liberté et à l’art.

Création au féminin

Dans cette démarche, les…

article suivant

Efficacité des vaccins Covid-19 : la bataille des chiffres