Au Maroc, 50% des entreprises formelles et 20% des salariés en arrêt de travail

Face à la crise causée par le coronavirus, le secteur privé est ravagé. Au 1er avril, plus de 700.000 salariés du secteur privé de 113.000 entreprises ont sollicité l’indemnité forfaitaire mensuelle de la CNSS.

Par

Crédit : DR

Au mercredi 1er avril, plus de 700.000 salariés du secteur privé étaient inscrits auprès de la CNSS pour bénéficier de l’indemnité forfaitaire mensuelle, prise en charge par le fonds spécial pour la gestion de la pandémie. Selon les derniers chiffres du ministère de l’Emploi, ce sont au total 113.000 entreprises qui ont déclaré un arrêt temporaire de travail depuis le 15 mars dernier.

Des chiffres qui témoignent de la violence de l’impact de la crise. En effet, en 2018, le nombre d’affiliés à la CNSS était de 3,47 millions de personnes. Désormais, ce sont 700.000 salariés, soit 20 % des affiliés, qui sont en situation de perte d’emploi.

Concernant la proportion des entreprises, les chiffres de la CNSS montrent que 234.600 entreprises y sont enregistrées. Aujourd’hui, 48 %  d’entre elles (soit 113.000 entreprises) se sont déclarées en arrêt total ou partiel d’activité depuis le 15 mars dernier.

Plus qu’un jour pour en bénéficier

La CNSS avait fixé la date du vendredi 3 avril comme dernier délai pour les employeurs affiliés pour effectuer les déclarations des travailleurs en arrêt temporaire, en vue de leur faire bénéficier, avant le 6 avril, de l’indemnité forfaitaire de 1.000 dirhams au titre du mois de mars. “Passé cette date, aucune déclaration d’arrêt de travail au titre du mois de mars 2020 ne sera possible”, a-t-elle prévenu.

à lire aussi

Décidée dans l’objectif de préserver le pouvoir d’achat des salariés, l’indemnité forfaitaire mensuelle nette se décline comme suit : 1.000 dirhams pour le mois de mars et 2.000 dirhams pour les mois d’avril, mai et juin. Cette indemnité, destinée aux salariés déclarés à la CNSS au titre du mois de février 2020, en arrêt temporaire de travail et relevant d’entreprises en difficulté, est prise en charge “totalement” par le fonds spécial coronavirus.

Elle annule et remplace l’Indemnité pour perte d’emploi (IPE) prévue par le régime de sécurité sociale, gérée par la CNSS durant toute la période de crise. Par conséquent, ni l’employeur ni les salariés n’ont besoin de déposer les formulaires destinés aux bénéficiaires de l’IPE.

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi