SDF, migrants, mères célibataires... Les “oubliés” du confinement

Suite aux mesures drastiques de confinement imposées pour limiter la propagation du coronavirus, certaines populations vulnérables se trouvent beaucoup plus exposées aux risques sanitaires et aux conséquences financières de la pandémie.

Par

MEHDY MARIOUCH

Jusqu’à vendredi, je pouvais me débrouiller pour trouver un peu d’argent mais là, c’est la misère. Les autorités m’ont dit de rester chez moi.” Pour Hamid, gardien de parking près de la plage de Rabat, l’imposition du confinement total depuis le 20 mars le plonge, avec ses trois enfants, dans l’impasse financière. “L’été, j’arrive à mettre un peu d’argent de côté parce qu’il y a beaucoup de touristes mais en hiver, c’est vraiment compliqué”, nous confie-t-il. Comme lui, des millions de Marocains qui vivent de petits métiers dans le secteur informel ou de l’aide de citoyens se trouvent dans une situation de grande précarité. Et les associations qui leur viennent généralement en aide sont pour la plupart dans l’impossibilité de continuer à mener leurs actions, elles-mêmes obligées de se plier aux règles du confinement.

Stress financier

Nous osons penser que les citoyens, la société civile et le gouvernement feront…

article suivant

Treize ans après la disparition de la petite Maddie, un Allemand suspecté de "meurtre"