Exclusif : les travailleurs de l’informel seront compensés via smartphones

A l’issue de sa troisième réunion, le Comité de veille économique est parvenu à un accord pour la compensation du secteur informel dans le cadre de sa lutte contre les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus.

Par

C’est un épineux dossier qu’ont abordé les membres du Comité de veille économique (CVE) lors de leur rencontre ce lundi 23 mars. En effet, la problématique de l’indemnisation du secteur informel a été discutée lors de la troisième réunion de cette instance. Car si l’indemnisation des chômeurs issus du secteur formel est rendue possible par les registres de la CNSS, qu’en est-il de la population active, non déclarée et passée sous les radars ?

Dispositif de paiement mobile

Selon nos informations, les membres du CVE ont décidé d’activer un dispositif de paiement mobile pour transférer les aides aux travailleurs opérant dans l’informel. Une première au Maroc, où le taux d’équipement en téléphone mobile dépasse les 100 %. “L’idée était de trouver un mécanisme simple, efficace et dont le déploiement serait rapide”, nous confie une source proche du dossier.

En amont de ce “mécanisme”, une plateforme numérique où les demandeurs d’aide devront renseigner diverses informations : numéro de CIN, numéro de téléphone. Ces derniers devront également justifier de leurs charges afin d’être éligible au soutien de l’État. “Le dispositif s’affinera au gré de la collecte de données sur la population ciblée”, précise notre interlocuteur.

Ce dispositif n’est pas sans rappeler un système qui a largement fait ses preuves au Kenya avec le M-Pesa. Sa mise en place intervient dans un contexte où le chantier du paiement mobile semblait être à l’arrêt. Cette mesure pourrait donc accélérer son adoption.

Pour rappel, présidé par le ministère des Finances et regroupant une série de ministères ainsi que des représentants de la CGEM, le CVE décide des dispositifs lancés par l’État pour soutenir le tissu économique dans sa lutte pour compenser les baisses d’activités liées à la propagation du Covid-19.

C’est à l’issue des deux premières réunions du comité qu’ont été annoncées les mesures prises par l’État concernant l’indemnisation des salariés mis au chômage à cause de la crise, la prise en charge par l’État des charges CNSS des entreprises, ou encore, le report des échéances bancaires pendant un trimestre renouvelable.

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi