Maroc - États-Unis, une histoire de familles

Si aucun président américain ne s’est rendu au Maroc dans le cadre d’une visite officielle depuis 60 ans, la Maison Blanche et le Palais ont su développer une forme de diplomatie parallèle à travers les Premières dames américaines. Album de famille.

Par

Hillary Clinton reçue par Hassan II au palais royal de Marrakech, le 31 mars 1999. Crédit: Mohamed MARADJI

En décembre 1959, le président américain Dwight Eisenhower faisait atterrir Air Force One pour la première, et dernière fois, à Casablanca. A l’invitation du roi Mohammed V, le chef d’État américain concluait une tournée au Moyen-Orient par un passage express au Maroc. L’occasion pour Mohammed V et Eisenhower de signer un accord autorisant l’armée américaine à se servir de bases aériennes marocaines dans le cadre de missions au Moyen-Orient et en Afrique. Article initialement publié dans le numéro 879 de TelQuel paru le  8 novembre Depuis, aucun locataire de la Maison Blanche ne s’est rendu dans le royaume dans le cadre d’une visite officielle. Pourtant, au crépuscule du règne de Hassan II, une nouvelle forme de diplomatie parallèle émerge entre le Maroc et les Etats-Unis. Car, durant les 20 dernières années, ce ne sont pas les présidents américains,…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise