Kamal Attila, la low-tech au service de la décroissance

Photovoltaïque, marché du solaire, low-tech… Kamal Attila est un entrepreneur écolo convaincu. Il est aussi l’un des fondateurs du collectif Colibri Maroc.

Par

Premières armes

Kamal Attila vient de la ville de Douai, en France. En école de commerce puis dans le cadre d’une formation technique sur l’habitat économe et le solaire à l’Agence nationale d’énergie atomique française, ce Franco-marocain nourrit sa sensibilité commerciale et son intérêt pour la technique, avant de démarrer sa carrière comme salarié. Il crée Atevert en 2008, sa première société de conseil dans l’habitat écologique dans le sud-ouest de l’Hexagone, spécialisée dans le photovoltaïque. A ce moment-là, la demande explose, grâce aux crédits d’impôts qui incitent les consommateurs à s’équiper en panneaux solaires. Mais la fin de cette mesure étatique sonne le glas de l’entreprise. La demande chute drastiquement, il est contraint de mettre la clé sous la porte.

Le soleil du Souss

Son regard se tourne alors vers le Maroc: “J’avais toujours eu envie d’y avoir une expérience de vie.” Il songe d’abord à se reconvertir dans…

article suivant

Tétouan : démantèlement d’une cellule terroriste affiliée à “Daech”, trois extrémistes interpellés