Trois choses à retenir de l’étude nationale sur le mariage des mineures  

Fondation Ytto

Une étude à l’échelle du royaume

L’association Droit et Justice a présenté le 2 mars une étude nationale portant sur le mariage des mineures. Elle se fonde sur des données fournies par des institutions telles le Haut commissariat au plan (HCP) ou le ministère de la Justice et des libertés, et sur une enquête menée auprès d’un échantillon de 627 femmes, dont 408 issues du milieu rural. Douze hommes mariés mineurs (un par région) ont également répondu au questionnaire.

Le nombre de mariages de mineures encore élevé

Le nombre de mariages de mineures authentifiés par les autorités a diminué chaque année depuis 2011 (34.166 mariages approuvés sur 46.927 demandes), selon les chiffres du ministère de la Justice et des libertés. Cependant, 32.104 demandes de mariages de mineures ont été formulées en 2018, alors qu’en 2006, le chiffre était de 30.312. Sur la totalité de ces demandes, en 2018, 25.514 ont été authentifiées. Il s’agit de mariages certifiés par des adouls. Ce chiffre ne tient donc pas compte des mariages conclus par Fatiha.

Mariées dès 14 ans

La grande majorité (94,8%)…

article suivant

Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l'accès au crédit bancaire