Assurance maladie : la convention de la discorde

La CNSS a signé des conventions avec les acteurs de la santé du secteur privé qui revoient à la hausse les tarifs de référence. Alors que cliniques, spécialistes et médecins se frottent les mains, le ministre des Finances a alerté le Chef du gouvernement sur le danger pour la viabilité 
du régime d’Assurance maladie obligatoire. 
Au diapason de la CNOPS qui a refusé de parapher lesdites conventions. (Ce dossier a été publié le 31 janvier 2020)

Par et

Telquel

Les flashs crépitent, la presse s’agglutine, les mines sont ravies et les sourires Kodak. En ce 13 janvier, l’ambiance est à l’autocongratulation à l’hôtel The Vue à Rabat. Le DG de l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM), Khalid Lahlou, marque l’occasion d’une pierre blanche en utilisant l’adjectif “historique”. “C’est une avancée historique qui marquera sans l’ombre d’un doute l’histoire de la couverture médicale au Maroc”, se félicite-t-il. Bien que se faisant rare, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, est bien présent en cette journée qui a été l’occasion de concrétiser un deal entre l’ANAM, la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) et…

article suivant

Tourisme : Ryanair repart à l’assaut du Maroc