Plan national de l’eau : un grand barrage et une station de dessalement pour Casablanca-Settat

Doté d’un budget de plus de 115 milliards de dirhams, le nouveau Plan national de l’eau ambitionne d’atténuer les effets du stress hydrique et de favoriser une meilleure réponse aux besoins. Au niveau de la région Casablanca-Settat, une série de projets sont prévus pour diversifier les ressources en eau et rationaliser leur utilisation.

Par

Vingt sites ont également été identifiés pour la construction de petits barrages, dont 14 dans la province de Settat, quatre à El Jadida, et deux au niveau de Berrechid et Benslimane. Crédit: DR

Construction de nouveaux barrages, rationalisation de l’exploitation des ressources hydriques, mise à niveau du système d’irrigation dans les périmètres agricoles… autant de mesures prévues par le nouveau Plan national de l’eau 2020-2027, présenté devant le Souverain il y a quelques semaines.

Dotée d’un budget de 115,4 milliards de dirhams, cette vision se décline au niveau régional en une série de projets. C’est dans ce cadre que s’inscrit la rencontre organisée ce lundi 3 février par le Conseil de la région Casablanca-Settat et la wilaya de Casablanca, pour présenter les mesures qui seront déployées au niveau local. “Ces projets permettront à la région de résorber le gap, notamment via la diversification des ressources hydriques et l’atténuation des effets des changements climatiques”, souligne Said Ahmidouch, wali de la région Casablanca-Settat.

Ceci est d’autant plus important que “le besoin se fait de plus en plus sentir, particulièrement en matière de préservation des ressources et de renforcement de l’accès des populations rurales à l’eau potable”, note Mustapha Bakkoury, président de la région.

20 petits barrages

Dans les détails, la capacité des barrages existants au niveau de cette région s’élève à près de 3 milliards de m³. Elle devrait être renforcée (60 millions de m³ supplémentaires) après la finalisation d’un nouveau grand barrage prévu par le Plan national.

Vingt sites ont également été identifiés pour la construction de petits barrages, dont 14 dans la province de Settat, quatre à El Jadida, et deux au niveau de Berrechid et Benslimane.

Une nouvelle station de dessalement de l’eau de mer est également au programme, avec une capacité de 75 millions de m³ par an. Son coût est estimé à 4 milliards de dirhams.

Traitement des eaux usées

Désormais, les golfs ne seront plus irrigués que par des eaux traitées. Au niveau de la région de Casablanca-Settat, quatre projets de traitement des eaux usées sont programmés pour couvrir les besoins des golfs de Mohammedia, Anfa et Settat.

à lire aussi

Ces ressources permettront également d’irriguer l’ensemble des espaces verts au niveau de la ville de Casablanca. “Les études relatives à ces projets sont en cours”, fait-on savoir. Pour ce qui est du périmètre agricole, le programme pour la période 2020-2027 nécessitera un budget de 1,284 milliard de dirhams pour la région de Casablanca-Settat.

Ce montant permettra notamment de financer le renforcement de l’irrigation en goutte à goutte, et l’introduction de compteurs individuels pour mieux calculer l’utilisation des ressources en eau par les agriculteurs.

article suivant

États-Unis : Moderna s'apprête à demander l'autorisation d'utilisation de son vaccin anti-Covid-19