Palestine-Israël: le deal du siècle? Non, le hold-up du siècle!

Après des mois de suspense, Donald Trump a fini par dévoiler, le 28 janvier, son plan de paix pour le conflit israélo-palestinien. Le “deal du siècle”, censé régler un différend de plus de 70 ans, n’a fait que confirmer son alignement sans équivoque sur Israël.

Par et

Le 28 janvier à la Maison Blanche, Donald Trump, soutien inconditionnel de Benyamin Netanyahu, lors de la conférence de presse où il a dévoilé son plan de paix pour 
le conflit israélo-palestinien. Crédit: MANDEL NGAN / AFP

Que retenir des propositions du président américain? Son plan accorde à l’État hébreu nombre de concessions, rejetées avec véhémence par l’Autorité Palestinienne. Depuis la Maison Blanche, Donald Trump a vanté un projet “gagnant-gagnant” avec une solution réaliste à “deux États”. Mais il a surtout donné des gages à son “ami” Benyamin Netanyahu, debout tout sourire à ses côtés, parmi lesquels la reconnaissance de Jérusalem comme “capitale indivisible”. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, enclave palestinienne de 2 millions d’habitants séparée géographiquement de la Cisjordanie, a aussi rejeté la proposition américaine. Le deal du siècle est jugé comme un hold-up qui ne porte pas son nom, comme on le voit de ce côté-ci de l’Atlantique. Une vision partagée par beaucoup de diplomaties à travers le monde, à en juger par les réactions de…

article suivant

Mauvaise gestion à la CAF : le contexte d’une fuite (1/5)