Pour Amina Bouayach, l’humain doit être “sujet, bénéficiaire et acteur de l’élaboration des plans de développement”

À l’issue d’une réunion entre la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) et les représentants du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach a indiqué que l’humain devait être au centre du processus de développement.

Par

Séance d'écoute du CNDH par la CSMD. Crédit: CSMD/Twitter

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) s’est appuyé sur “le droit au développement” dans l’élaboration de sa vision du modèle de développement, a affirmé, mardi 28 janvier à Rabat, la présidente du CNDH Amina Bouayach.

Ce “droit au développement” repose sur des bases essentielles telles que les droits de l’Homme, la démocratie et le développement, tout en plaçant l’humain au centre du processus de développement, a indiqué Amina Bouayach dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion entre la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) et les représentants du CNDH, dont son secrétaire général, Mounir Bensalah.

Une note écrite du CNDH présentée en mars

Cette réunion constituait l’occasion pour Amina Bouayach de mettre l’accent sur l’importance de l’humain. Pour la présidente du Conseil, ce dernier doit être à la fois sujet, bénéficiaire et acteur de l’élaboration des plans de développement.

D’après elle, le CNDH présentera, en mars prochain, une note écrite comportant les recommandations des douze assises que le conseil a organisées à travers toutes les régions du royaume. Amina Bouayach a également ajouté que ce document prendra en considération les idées et propositions issues de ces assises régionales, ainsi que celles évoquées en la matière sur la scène internationale.

à lire aussi

La CSMD avait décidé, le 24 décembre, d’écouter les institutions et forces vives de la nation, incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations et ce, dans un esprit d’ouverture et de construction commune. Cette écoute large et ouverte vise à recueillir les contributions et les avis des parties sollicitées, en vue d’élaborer un modèle de développement.

Dans cette même logique de participation et d’inclusion, la CSMD avait fait savoir qu’elle mettrait en place une plateforme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens afin d’enrichir le débat et de partager les expériences et réflexions.

 

(avec MAP)

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?