Abdeladim Moumen, la science pour sauver des vies

Docteur en biologie moléculaire et biochimie, il dirige le pôle de technologie biomédicale de la “Moroccan foundation for advanced science, innovation and 
research (MASciR)”. A la tête de la start-up Moldiag, incubée depuis 2016 par cette fondation publique, il développe des technologies innovantes pour améliorer l’accès aux soins.

Par

Aube d’une vocation

Il nous accueille dans les locaux de MASciR, à Rabat, tout en décontraction, “à l’anglo-saxonne”, glisse-t-il avec le sourire.

Abdeladim Moumen.Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL
Après des études à la faculté des sciences de Casablanca, il s’envole pour la France en 1996, où il entame une thèse en virologie moléculaire sur le VIH, à l’Institut Pasteur de Paris, soutenue en 2002. Mais il s’intéresse vite à un autre domaine: les cellules cancéreuses. L’année suivante, il intègre le département de biochimie de l’université de Cambridge, puis enseigne, quatre ans plus tard, à l’université de Londres. Ses recherches portent sur les traitements contre le cancer et contribuent à la découverte de nouvelles molécules. En 2009, il obtient le Grand prix pour l’invention et la recherche…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés