Botola : le Raja refuse d'affronter le DHJ

Engagé en Ligue des Champions CAF le 10 janvier face aux Algériens de la Jeunesse Kabylie à Tizi Ouzou, le Raja refuse de jouer son match de Botola programmé ce 7 janvier, deux jours après le quart de finale de la Coupe Mohammed VI des clubs champions et sa victoire 1-2 à Blida face au Mouloudia d’Alger.

Par

Yassine Toumi

C’est une question que se posent les supporters du Raja depuis le 4 janvier : les Verts joueront-ils leur match de championnat programmé trois jours plus tard ?

Après des discussions entre le comité directeur du club et les adhérents, qui se sont tenues dans la soirée du lundi 6 janvier, le club casablancais a décidé de ne pas prendre part au match en retard comptant pour la 9e journée de Botola, face au Difaâ Hassani d’El Jadida (DHJ), programmé ce mardi 7 janvier à 19 heures, soit deux jours après son match en Coupe arabe.

Ce match de quart de finale aller de la Coupe Mohammed VI des clubs champions, qui a opposé le club casablancais à la Mouloudia d’Alger (MCA) à Blida en Algérie, s’est soldé par une victoire du RCA à 1-2. Un prochain match de Ligue des Champions prévu pour le 10 janvier opposera le club à la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK), à Tizi Ouzou.

Ce serait une première dans le football marocain depuis 2006, lorsque le Raja avait refusé d’affronter le Hassania d’Agadir en Coupe du Trône, protestant contre la programmation.

Entre pression et “faute de frappe”

Le débat ne s’arrêtera certainement pas là. Des décisions pourront être prises ce soir à l’encontre du club casablancais, si la Ligue nationale de football professionnel (LNFP) ne parvient pas à jouer son rôle de médiateur entre le Raja et le DHJ. Un arrangement doit être trouvé, car le club jdidi a déjà communiqué autour de son intention de maintenir le match à la date initiale, ce mardi 7 janvier.

Pour confirmer sa position concernant le report de son match face aux Casablancais, le DHJ a mis en vente les tickets de la rencontre après avoir publié sur sa page officielle un teaser promotionnel de la rencontre au sommet entre Verts.

تذاكر مباراة الدفاع الحسني الجديدي و الرجاء البيضاويتُنهي إدارة نادي الدفاع الحسني الجديدي إلى علم الجمهور الذي سيحضر…

Publiée par Difaa Hassani Jadidi – DHJ sur Samedi 4 janvier 2020

La Ligue nationale de football professionnel n’avait pas donné suite à la demande de report du Raja, faite une première fois le 21 décembre dernier. Ce n’est que dans la journée du lundi 6 janvier que la LNFP a envoyé un premier courrier aux deux clubs, pour leur faire part de sa décision. Un courrier vite annulé par un second qui arrivera quelques minutes plus tard.

La dernière ligne du communiqué ci-dessus, que le Raja a reçu dans un premier temps, indique que le match sera reporté au 7 février prochain, et se jouera sur la pelouse du Stade El Abdi d’El Jadida à 19 heures. Le Raja a pris le temps de communiquer la décision de la Ligue sur sa page officielle, avant de recevoir un second courrier qui change la donne.

Contrairement au premier courrier adressé au secrétaire général du Raja, le second document maintient le match au 7 janvier, et appelle le Raja à disputer son match en retard à cette date.

Faute de frappe ou manque d’attention ? Le débat s’est enflammé sur les réseaux sociaux depuis que le président de la LNFP, Said Naciri, a qualifié ce blocage de “mesquineries” sur les ondes de Radio Mars ce week-end.

Invité à une émission pour débattre du Wydad dont il est président, et des dossiers épineux sur les bureaux de la ligue, le patron de la LNFP estimait que “ce genre de débat ne mène qu’aux tensions”. Il a ajouté que “le Raja est plus grand que ces mesquineries, et que le club jouera son match en temps voulu, dans de bonnes conditions, et que ce blocage ne sera plus qu’un souvenir parmi tant d’autres”. Le président de la Ligue tient à finir la phase aller du championnat le 12 février prochain.

Les supporters du Raja estiment que le maintien du match est synonyme de perte de points, surtout que l’entraîneur du Raja sera dans l’obligation de faire tourner son effectif pour éviter la fatigue accumulée avant d’affronter la Jeunesse Kabylie en Ligue des Champions. Or, la dernière fois que Jamal Sellami a fait jouer les remplaçants, le club s’est incliné à domicile face au Fath Union Sport (0-2).

Ils ont donc fait pression sur leur comité directeur pour camper sur la position initiale, à savoir le refus de jouer, ce qui a forcé les dirigeants à se réunir d’urgence au siège du club le 6 janvier au soir, veille de match, pour prendre une décision officielle après l’histoire des deux communiqués de la LNFP.

Le niet du Raja

En vacances depuis fin décembre, le président du Raja, Jawad Ziyat, est rentré au Maroc dimanche 5 janvier au soir pour se pencher sur le dossier du report de match face au DHJ. L’idéal, pour son club qui joue deux matchs en Algérie en moins d’une semaine pour le compte de la Coupe Mohammed VI et la Ligue des Champions CAF, étant de rester en Algérie pour préparer la seconde confrontation prévue ce vendredi à Tizi Ouzou.

Après une réunion qui s’est tenue le 6 janvier au soir, Said Wahbi, le porte-parole du Raja, a rendu publique la décision du club de ne pas disputer le match le lendemain. Il a indiqué que le club avait pris cette décision en s’appuyant sur l’article 21 du règlement qui régit les compétitions nationales interclubs.

L’article dispose qu’un intervalle de trois jours (minimum) est requis avant la programmation d’une nouvelle rencontre si le club en question a joué à l’étranger. Et le Raja compte bien s’accrocher à sa position, malgré les risques encourus, à savoir la perte des trois points du match sur le papier et le retrait d’un point supplémentaire, conformément à l’article 109 du code disciplinaire de la FRMF, qui applique cette sanction pour tout “refus de participer à une rencontre ou abandon du terrain”.

On se base sur l’article 21 du règlement qui régit les compétitions nationales. On a joué notre dernier match à Blida en Algérie, il nous faut trois jours d’intervalle minimum avant notre prochain match. On a envoyé un courrier à la LNFP le 21 décembre, puis un second le 24 du même mois, avant de faire une troisième requête le 4 janvier, sans réponse”, précise Said Wahbi. Et d’ajouter : “On a eu une réponse la veille. À 24 heures du match, nous avons reçu deux lettres.

Le porte-parole du club a également souligné que d’un point de vue logistique, il était “impossible” de faire venir tous les staffs qui composent l’équipe d’Algérie en si peu de temps, sachant que le Raja doit se diriger à Tizi Ouzou ce mardi 7 janvier pour y préparer son match comptant pour la 4e journée de Ligue des Champions CAF face à la JSK, prévu vendredi 10 au soir.

Le Raja met donc fin au débat et décide officiellement de ne pas rentrer au Maroc pour affronter le DHJ. Quelle sera la réaction de la LNFP ? Est-ce que le Difaâ va se déplacer au Stade El Abdi ce soir ? Dans ce cas, et si les arbitres sont présents, le Raja sera déclaré perdant du match sur le papier, en attendant de voir ce que le club va entreprendre comme mesures pour éviter la perte des points.

Le président de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaâ, a décidé de “ne pas intervenir” dans ce dossier, respectant ainsi l’indépendance de la Ligue dirigée par Said Naciri, confie une source au sein de la fédération.

article suivant

Droits TV CAF : un marché injustement attribué, et un contrat à “durée indéterminée” (5/5)