Mohamed Ziane boude la CSMD

Mohamed Ziane, patron du parti marocain libéral, a décliné l’invitation du président de la Commission spéciale sur le modèle de développement. Une position en rupture par rapport à la mobilisation des autres partis et syndicats, qui ont soumis leurs propositions la semaine dernière.

Par

L'avocat Mohammed Ziane, également fondateur du parti marocain libéral (PML). Crédit: Yassine Toumi/TELQUEL

Lors d’une réunion de son bureau politique le 5 janvier, le parti marocain libéral (PML) a tranché : contrairement aux autres formations politiques, le parti au Lion ne va pas soumettre ses propositions à la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD).

Antidémocratique

Son coordinateur, l’avocat et ancien ministre des Droits de l’Homme Mohamed Ziane, a adressé une lettre à Chakib Benmoussa, président de la commission, pour expliquer les motifs de cette décision.

Pour Me Ziane, l’idée d’élaborer un modèle de développement faisant l’objet du consensus des partis, des syndicats et des ONG est contraire aux valeurs universelles de liberté et de démocratie. Cette démarche pourrait aboutir à “la mise en place d’un système totalitaire, vidant les institutions élues de leur substance”.

Contre la pensée unique

Dans son argumentaire, le patron du parti libéral a rappelé l’échec des projets basés sur l’unification de la pensée politique et économique. Surtout que cette démarche “sape les principes de créativité, d’esprit critique, du droit à la différence, qui constituent les fondements de toute société démocratique”.

Les membres du bureau politique de cette formation, dont “la majorité a appuyé cette décision”, estiment que les propositions d’un nouveau modèle de développement “doivent être présentées aux électeurs, qui feront leurs choix en fonction de leurs attentes”.

article suivant

Assemblée générale de l’ONU : avec El Othmani en porte-drapeau, le Maroc entame un ballet diplomatique virtuel