Mehdi Mezouari : “Nous avons besoin d’une vraie rupture, même douloureuse”

Lors de la rencontre avec les membres de la Commission spéciale pour le nouveau modèle de développement le 2 janvier, les dirigeants de l’USFP ont présenté leurs propositions. Trois questions à Mehdi Mezouari, membre du bureau politique du parti.

Par

Mehdi Mezouari, membre du bureau politique de l'USFP. Crédit: MAP

Dans leurs propositions pour un nouveau modèle de développement, les représentants de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) ont insisté sur l’importance du renforcement institutionnel pour favoriser le décollage économique. Les propositions soumises à la commission s’articulent autour de cinq axes, mettant l’accent sur la nécessité d’une refonte du mode de scrutin, et d’un niveau de croissance à 6 % pour relancer la machine du développement. Pour TelQuel, Mehdi Mezouari, membre du bureau politique de l’USFP, décrypte les propositions de son parti.

TelQuel : Le mémorandum de l’USFP plaide pour un retour au scrutin uninominal (une seule personne est élue à l’issue du scrutin) pour dépasser la crise des structures de représentation. Qu’est-ce que ça va changer concrètement ?

Mehdi Mezouari : C’est une solution à mettre en œuvre de façon progressive. Elle résulte d’un diagnostic que nous avons mené en interne, ayant mis l’accent…

article suivant

Le plaidoyer d’Ahmed Reda Chami pour renforcer la classe moyenne