Carlos Ghosn : "C'est moi seul qui ai organisé mon départ"

Les conditions du départ surprise de Carlos Ghosn du Japon, où il était assigné à résidence sans autorisation de quitter le territoire, restent floues.

Par

“Je n’ai pas fui la justice, j’ai échappé à l’injustice et à la persécution”, a répété Carlos Ghosn durant sa conférence de presse à Beyrouth. Crédit: AFP

L’ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a affirmé jeudi 2 janvier avoir organisé “seul” son départ du Japon, où un procès l’attendait pour malversations financières, vers le Liban, niant toute implication de sa famille. “Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d’autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères”, explique-t-il dans un court communiqué reçu par l’AFP. “C’est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n’a joué aucun rôle”, martèle-t-il.

Carlos Ghosn est arrivé lundi 30 décembre au Liban, pays dont il a la nationalité, mais son lieu de résidence reste inconnu. Les conditions de ce départ surprise du Japon, où il était assigné à résidence sans autorisation de quitter le territoire, restent floues.

à lire aussi

Des perquisitions ont été menées à Tokyo et sept personnes ont été arrêtées en Turquie, soupçonnées d’avoir aidé Carlos Ghosn lors de son transit par Istanbul. Selon une source à la présidence libanaise, le patron déchu est entré dans le pays, en provenance de Turquie, avec un passeport français et sa carte d’identité libanaise. Pour sa fuite, Carlos Ghosn est soupçonné d’avoir emprunté un jet privé parti de l’aéroport du Kansai (ouest).

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée