La mise en œuvre de la loi-cadre expliquée par Saaïd Amzazi

C’est autour de cinq axes principaux que le ministre de l’Education nationale Saaïd Amzazi a annoncé les mesures prioritaires programmées pour les trois prochaines années. Une réforme qui s’inscrit dans la vision stratégique de la réforme de l’éducation 2015-2030.

Par

Saaïd Amzazi, ministre de l'Education nationale. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Saaïd Amzazi a exposé, ce 25 décembre à Rabat, les mesures prioritaires programmées pour les trois prochaines années dans le cadre de la mise en œuvre de la loi-cadre 51-17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, et de la vision stratégique de la réforme 2015-2030.

C’est à l’occasion de la première réunion de cette commission, sous la présidence du chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani, que le ministre de l’Education a exposé les principaux chantiers de cette nouvelle vision qui se décline en cinq axes principaux.

Saaïd Amzazi a abordé la généralisation de l’enseignement préscolaire à tous les enfants de 4 à 6 ans, ainsi que de l’adoption d’un système pédagogique pour l’enseignement supérieur. Des points prioritaires afin de répondre aux exigences du développement national, a-t-il affirmé.

Programmes de rattrapage

Des mesures qui concernent également la révision du système d’octroi des accréditations et équivalences de diplômes, du système de suivi et d’évaluation appliqué aux établissements d’éducation et de formation relevant du secteur privé. Un nouveau cadre contractuel, en plus de la création d’un Conseil national de la recherche scientifique, chargé d’accompagner la stratégie de recherche dans le but d’assurer la coordination entre les différents intervenants dans ce domaine, indique un communiqué du ministère.

S’agissant de l’axe relatif aux programmes, Saaïd Amzazi annonce : “Une commission permanente sera mise sur pied afin de renouveler et adapter les curriculums, programmes scolaires et formations des différentes composantes du système éducatif et de recherche scientifique.” Celle-ci sera également chargée de définir les applications de l’ingénierie linguistique à adopter dans les programmes, les curriculums et les formations, et de procéder à la refonte du système d’évaluation, d’examens et de certification.

à lire aussi

Il s’agit en outre d’établir des programmes de rattrapage pour l’ensemble des enfants en situation d’abandon scolaire, d’élaborer une charte d’éthique pour les professions d’éducation, de formation et de recherche scientifique, de diversifier l’offre de formation professionnelle, de revoir les programmes annuels de formation de base et continue”, a poursuivi le ministre de l’Education.

Solidarité nationale

Quid du financement ? Le ministre a insisté sur la solidarité nationale et sectorielle, en vue de diversifier le financement du système d’éducation et le développement de programmes de partenariat dans le cadre de la coopération internationale. De plus, Saaïd Amzazi a abordé la révision des mesures de dépense publique dans le secteur de la recherche scientifique, en plus de la réalisation d’une évaluation périodique, et continue selon une programmation pluriannuelle.

Saaïd Amzazi a passé en revue les conclusions de la première réunion du secrétariat perpétuel tenue le 11 novembre dernier, exprimant la volonté de ses membres d’apporter tout leur soutien, et de contribuer au succès du chantier de réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique.

Il a également présenté des propositions concernant la coordination de l’action des commissions spécialisées permanentes, à savoir la commission des affaires juridiques, la commission des affaires administratives et financières, la commission de suivi et la commission de coordination avec les collectivités territoriales.

Les débats de cette réunion, à laquelle ont pris part des ministres, des représentants des institutions constitutionnelles et des instances membres dans la commission, conformément au décret 2.19.795 du 8 octobre 2019, ont porté notamment sur le Fonds spécial pour la promotion du système d’éducation et de formation et l’amélioration de sa qualité, créé en vertu de la Loi de Finances 70.19 pour l’exercice 2020.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

10 août : 18 morts et 826 nouveaux cas en 24 heures