Les sorties de la semaine

Paradis d’exil

Cinéma. Dix ans après son dernier film, Le Temps qu’il reste, le réalisateur palestinien Elia Suleiman, âgé de cinquante-huit ans, met beaucoup de lui dans son quatrième long-métrage, It must be Heaven. Comme lui, le héros de l’histoire, cinéaste, est contraint de fuir la Palestine, et cherche, coûte que coûte, des financements pour réaliser son film. https://www.youtube.com/watch?v=RYSKzDiUGdk De situations cocasses en rencontres étonnantes, les traces de son pays d’origine ne sont jamais bien loin. Dans les rues de Nazareth, à New York et à Paris, trois villes qui occupent une place particulière dans sa vie puisqu’il y a habité, Elia Suleiman offre, sur fond d’exil, un cocktail cinématographique teinté de fraîcheur, d’émotions et d’humour décalé. Le long-métrage a remporté la mention spéciale du jury au Festival de Cannes 2019 et le prix FRIPESCI, attribué par la Fédération internationale de la presse cinématographique. A la Cinémathèque de Tanger et aux Mégarama de Casablanca, Fès, Rabat, Marrakech.

Retour en formes

Exposition. “Rétrospective, Hamidi, artiste affranchi”, tel est l’intitulé de cette exposition qui revient sur les œuvres du plasticien Mohamed Hamidi….

article suivant

Le Liban et Israël annoncent des pourparlers sur les frontières disputées