HCP : 1 Marocain sur 2 n'est pas au courant de l'existence de programmes sociaux

Dans une publication datée du 12 décembre 2019, le HCP dresse un état des lieux de la perception qu’ont les Marocains des programmes de protection sociale.

Par

Presque un Marocain sur deux n’est pas au courant de l’existence des programmes sociaux de lutte contre la pauvreté.” C’est le constat effarant dressé par le Haut-commissariat au plan dans le numéro 11 de sa publication “Les Brefs du Plan”. Le chercheur en statistique et en démographie Abderrahman Yassine, auteur de l’étude, explique que le but de celle-ci est “d’analyser les opinions des citoyens sur le système de protection sociale, de comprendre leurs préoccupations et attentes par rapport aux prestations de sécurité sociale”.

Interrogés sur leur connaissance des programmes publics de soutien aux pauvres, seulement 47,6 % des Marocains déclarent connaître ces programmes. Parmi eux, 37 % ont cité l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), 25,2 % le programme d’aide aux veuves, 23,9 % le programme “un million de cartables”, et 7,9 % le programme Tayssir.

Un problème de classes

D’après l’étude, la connaissance de l’existence des programmes sociaux varie selon la catégorie socioprofessionnelle. Ceux qui en ont le plus besoin sont souvent ceux qui en ignorent l’existence.

D’après le document, près de 60 % des ouvriers non qualifiés ne sont pas au courant de l’existence de ces programmes, suivent les exploitants agricoles, pêcheurs, forestiers et chasseurs, les artisans et ouvriers qualifiés, les chômeurs, les commerçants et les intermédiaires, et enfin les cadres moyens, les cadres supérieurs et responsables hiérarchiques.

Connaissance des programmes sociaux de lutte contre la pauvreté, 2016 (en %) / HCP

 

Près de 65 % des Marocains au courant de l’existence des programmes déclarent que les pauvres n’en bénéficient que peu, et sont 23 % à estimer qu’ils n’en bénéficient pas du tout. “Ce jugement est généralement le même selon le milieu de résidence, l’âge et le statut socioprofessionnel”, précise le HCP.

Mauvaise perception

Le secteur de la santé n’est pas populaire auprès des citoyens. Les Marocains déplorent “la faillite du système de santé publique”. Les enquêtés se plaignent de ne pas avoir accès à la santé. 50 % d’entre eux affirment que “la mauvaise qualité des services” et “le faible encadrement médical” sont les deux principales causes de ce faible accès.

Qualité des prestations de la couverture médicale / HCP

 

Le HCP relève également que 51,7 % des citoyens qualifient la qualité de la couverture médicale comme faible ou
très faible, 35 % la qualifient de moyenne, et seulement 13,3 % la jugent bonne. Une perception qui confirme le diagnostic dressé par la Cour des comptes sur le secteur de la santé.

La publication “Perceptions des Marocains en matière de protection sociale” constitue la contribution du HCP au débat sur le nouveau modèle de développement. L’organisme a, pour ce document, utilisé les résultats d’enquêtes précédentes sur les jeunes et le bien-être. A travers cette publication, l’organisme de statistiques vise à “comprendre les préoccupations des citoyens et leurs attentes par rapport aux prestations de sécurité sociale, et à définir les solutions pour surmonter les déficits inhérents à ce système.”

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Former des “imams à la française”, le défi des instances musulmanes