Après la sortie de Pompeo sur les colonies israéliennes, l'ONU recadre le débat

Après la sortie de Pompeo sur les colonies israéliennes, l'ONU recadre le débat

Le 18 novembre, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo annonçait que les colonies israéliennes en territoire palestinien n’étaient plus considérées comme une violation du droit international. Un revirement majeur dans la position américaine, mais la réponse de l’ONU ne s’est pas fait attendre.

Par

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Crédit: AFP

L’administration de Donald Trump, par la voix du chef de la diplomatie Mike Pompeo, a donné lundi 18 novembre un nouveau coup de canif au consensus international sur le conflit israélo-palestinien en déclarant considérer désormais que “l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international”. Ce dernier a déclaré que les Etats-Unis ne considéreraient pas forcément comme légales les colonies israéliennes, mais s’en remettraient aux décisions de tribunaux israéliens.

L’ONU rappelle la législation internationale

La plupart des colons vivent dans des colonies considérées comme légales par la justice israélienne. La position exposée par Mike Pompeo place les Etats-Unis en contradiction avec la majeure partie de la communauté internationale, et avec les résolutions par lesquelles le Conseil de sécurité de l’ONU a considéré les colonies comme illégales, car établies en territoire occupé.

à lire aussi

Le changement de position des Etats-Unis sur les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée n’a aucun impact sur le statut de ces implantations, qui sont considérées par les Nations Unies comme contraires au droit international, a déclaré l’ONU mardi 19 novembre.

Le changement de position d’un Etat ne modifie pas la législation internationale existante, pas plus que son interprétation par la Cour internationale de justice et le Conseil de sécurité”, a déclaré Rupert Colville, un porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme. Le Haut-Commissariat va “continuer de suivre la position de longue date des Nations Unies qui est que les colonies israéliennes enfreignent la législation internationale”, a-t-il ajouté.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Abdelmadjid Tebboune est le vainqueur des élections présidentielles

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.