Fadwa Moussaif, tisseuse de lien

Avec la marque éthique Idyr, Fadwa Moussaif a voulu redonner ses lettres de noblesse à la technique du boucharouite. Sa recette: l’usage 
de matériel recyclé et l’insertion des femmes artisanes en milieu rural.

Par

Socialement vôtre

A seulement 23 ans, Fadwa Moussaif a déjà eu le temps de se poser les bonnes questions, de changer d’orientation et de trouver du sens à sa vie professionnelle. Petite, elle dessinait des robes, des caftans. “J’adorais ça”, se souvient-elle. Une passion pour le dessin et le design qu’elle ne formule pas forcément, mais qui l’accompagne à mesure qu’elle grandit. Première année de lycée, première illumination: ses parents, entrepreneurs, arrivent à conjuguer leur vie parentale et leur vie professionnelle avec une liberté déconcertante. “Je trouvais ça génial de pouvoir être présent pour les siens tout en faisant ce qu’on aime”. C’est décidé, elle lancera son projet, elle aussi. Mais lequel ? Son rêve d’enfance est toujours là, au fond de son esprit. Lorsqu’elle regarde Le diable s’habille en Prada, elle s’extasie. “L’assistante de la directrice, je la trouvais…

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus