FaceApp, l'appli “sympathique” qui affole les politiques

FaceApp, l'appli “sympathique” qui affole les politiques

L'application mobile FaceApp connait un immense succès à travers le monde avec sa capacité à faire rajeunir ou vieillir les gens à partir d'un selfie. Mais l'application russe éveille de grands soupçons quant à l'exploitation des données par Moscou.

Par

L'application qui fascine le monde avec sa capacité à vieillir ou rajeunir les visages fait craindre des manipulations politiques de la part de Moscou. Crédit: AFP/Kirill Kudryavtsev

La frénésie se poursuit à travers le monde depuis quelques jours et a embarqué avec elle plus de 100 millions d’utilisateurs. FaceApp, la désormais célèbre application de retouche photo est de retour, mais beaucoup ignorent certainement son passé déjà sulfureux.

En 2017, l’application d’origine russe, développée par une société basée à Saint-Pétersbourg, avait déjà fait parler d’elle en créant des filtres “sexy” éclaircissant le teint de la peau et avait été taxée de racisme par utilisateurs et associations. Elle avait également mis en place un filtre “ethnique” permettant aux utilisateur de découvrir leurs visages sous des traits asiatiques ou encore indiens. Désormais, c’est dans l’aptitude à utiliser l’intelligence artificielle pour faire vieillir ou rajeunir les visages que l’application s’est brillamment illustrée auprès de grandes personnalités publiques, mais suscitant tout de même des doutes quant à l’utilisation des données récoltées.

Soupçons de fuite de données

Le 18 juillet, dans un article du Financial Times, le chef du groupe démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer a évoqué dans une lettre qu’il a adressé au FBI et à la Commission fédérale du commerce (FTC), la potentielle fuite des informations de l’application entre les mains du gouvernement russe, précisant que cela pouvait être “une faille sécuritaire nationale atteignant la vie privée de millions d’Américains si les informations tombaient entre les mains du gouvernement russe”.

C’est que le passif entre la Russie et les Etats-unis sur le sujet des technologies n’est pas au beau fixe. En 2016, lors de la campagne américaine de Donald Trump, des hackers russes avaient été accusés d’ingérence et de surveillance dans les élections américaines, notamment auprès des candidats démocrates.

Concernant FaceApp, au delà de l’hilarité provoquée par l’application, les conditions d’utilisation et l’usage des données récoltées sont en revanche moins amusantes. “Vous accordez à FaceApp une licence, perpétuelle, irrévocable, non-exclusive, sans redevance, mondiale, entièrement payante et transférable qui nous permet d’utiliser, de reproduire, de modifier, d’adapter, de publier, de traduire, de créer, votre contenu utilisateur et tout nom, nom d’utilisateur ou ressemblance fournie en relation avec votre contenu utilisateur dans tous les formats et canaux de supports connus ou développés ultérieurement, sans aucune compensation versée” annoncent les conditions générales d’utilisation de l’application FaceApp. Les conditions générales d’utilisation stipulent également dans la partie “contenu utilisateur” qu’“en utilisant les services, vous acceptez que le contenu de l’utilisateur puisse être utilisé à des fins commerciales”.

Le logiciel pourrait également être une aubaine en terme de données récoltées pour développer à grande échelle un système puissant de reconnaissance faciale. C’est également un projet mis en place par le Chine, qui d’ici 2020 ambitionne de déployer la reconnaissance faciale à grande échelle pour reconnaître ses citoyens. L’objectif: leur attribuer des notes selon leur situation économique et sociale, leur dettes, leur crédit, leur passif judiciaire pour classer les citoyens les plus solvables, les plus prometteurs, etc…

Des risques que le CEO de l’entreprise, Yaroslav Goncharov, a démenti auprès de Geoffrey Fowler, chroniqueur spécialisé en technologie au Washington Post. Néanmoins, l’application requiert un accès complet à votre galerie photo. Fait minimisé par Yaroslav Goncharov, qui annonce n’utiliser avec son entreprise “que les photographies insérées par l’utilisateur dans l’application”. Le CEO de FaceApp a expliqué que les données n’ont jamais été transférées en Russie et que ces dernières sont stockées sur des serveurs Amazon et Google.

Ce phénomène n’est pas sans rappeler l’histoire du “10 year Challenge” de Facebook en janvier dernier. L’affaire avait fait grand bruit et était accusée de permettre à Facebook d’entraîner leurs algorithmes d’intelligence artificielle pour anticiper le vieillissement des utilisateurs. Une méthode qui pourrait être utilisée pour le ciblage publicitaire des cosmétiques destinés aux personnes ayant tel type de peau, ou pour des assurances sur les personnes considérées comme vieillissant trop vite.

article suivant

Mohammed VI fait le point sur le remaniement avec El Othmani

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.