Pourquoi le système de crédit social chinois nous fait si peur ?

La République populaire de Chine veut mettre en place, d’ici 2020, un système de notation qui attribuera à chaque citoyen un score unique en fonction de ses actions. Ce programme, loin d’être abouti, alerte sur les risques de contrôle accru de la population. Mais il révèle aussi des inquiétudes propres aux sociétés modernes.

Par

La Chine prévoit d'avoir 400 millions de caméras de surveillance d'ici 2020.

En ligne et dans les kiosques, des milliers d’articles l’ont comparé à l’épisode “Chute libre” de la série d’anticipation britannique Black Mirror. Il faut dire que les similitudes du “système de crédit social” (SCS) avec cette fiction, dans laquelle une jeune femme voit sa vie s’effondrer à mesure que la note personnelle qui s’affiche sur son smartphone se dégrade, sont nombreuses. Dans le monde réel, le gouvernement chinois a publié, en 2014, un rapport décrivant ce projet qui vise à attribuer à chaque citoyen, d’ici 2020, une note correspondant à sa réputation. Celle-ci fluctuera en fonction de ses bonnes et mauvaises actions, dans des domaines économiques, sociaux et politiques. Ce score, notamment permis par l’abondance de données numériques disponibles à l’ère du big data, engendrera des récompenses…

article suivant

Treize ans après la disparition de la petite Maddie, un Allemand suspecté de "meurtre"