Khalid Chegraoui : "L’idée de deux États est finie pour l’administration Trump"

Dans cet entretien, le chercheur Khalid Chegraoui revient sur la réception du plan de paix au Proche-Orient proposé par l’administration Trump dont le volet économique a été présenté les 25 et 26 juin à Manama (Bahreïn).

Par

Khalid Chegraoui, Senior fellow au Policy Center for the New South. Crédit: DR

Changer la donne au Proche-Orient par des investissements colossaux. C’est la solution proposée par l’administration américaine, les 25 et 26 juin 2019, lors d’un sommet à Bahreïn. Durant deux jours, le gendre et conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, 38 ans, a présenté dans une ambiance feutrée le volet économique d’un plan présenté comme “l’occasion du siècle” pour les Palestiniens. Une nouvelle réflexion américaine qui se résume en un chiffre saillant : 50 milliards de dollars d’investissements en Palestine sur dix ans. L’objectif affiché est d’impulser une nouvelle dynamique pour relancer l’économie de la région à travers 179 projets, afin de créer de l’emploi, des infrastructures et favoriser le tourisme. L’engouement peine pourtant à prendre, autour d’un plan dont les contours politiques et sécuritaires — pourtant essentiels — n’ont toujours pas été dévoilés. Professeur d’histoire et d’anthropologie politique à l’Institut des études africaines de l’Université…

article suivant

Valéry Giscard d’Estaing, un "copain" du Maroc dit son dernier "au revoir"