L’islam et la science, un enjeu plus que jamais d’actualité

Alors que certains adeptes du transhumanisme veulent ériger l’intelligence artificielle (IA) en divinité, nous nous sommes demandé, avec l’aide de scientifiques et de théologiens, quel était le rapport de la religion musulmane avec la science des algorithmes.

Par

La science a été au-devant de la scène dans le monde musulman pendant des siècles, lors d’époques où on la considérait comme tout à fait compatible avec l’islam. Crédit: DR

L’IA va-t-elle nous rendre immortels ? Certains tenants du transhumanisme, ce courant de pensée qui promeut l’amélioration de la condition humaine par la technologie, y croient de plus en plus. En 2015, Anthony Levandowski, un ancien employé de Google accusé d’avoir transmis le secret de la voiture autonome à Uber, a même fondé une nouvelle organisation religieuse, nommée Way of the Future, qui veut développer une divinité basée sur l’IA dans le but d’améliorer la société. Coup de com’ ou conviction sincère? L’ingénieur fait en tout cas partie de ceux qui se réfèrent au fameux “mythe de la Singularité”, ce prétendu jour futur à partir duquel les machines surpasseront les hommes. Des perspectives qui amènent à se demander comment les religions, et dans le cas qui nous intéresse l’islam, se positionnent vis-à-vis de cette science postmoderne qui prétend guider corps et esprit.

IXe-XVe

article suivant

Comment OCP a profité de l’augmentation du prix du gaz naturel en Europe pour améliorer son score en 2021