Histoire: le Sultan contre le Siyed

Au début du XIXe siècle, sous le règne de Moulay Slimane, l’Empire chérifien opte pour l’isolationnisme. Conservateur religieux, proche de la wahhabiya, le sultan honnit les zaouïas et les moussems qu’il a tenté de faire interdire. Et la question a failli lui coûter son trône.

Par et

Par un dahir spécial de 1815, Moulay Slimane interdit les confréries, et avec elles leurs expressions populaires et coutumières. Le texte est une diatribe enflammée, notamment contre les Aïssaouas. “Les gens fidèles 
à ces innovations (...) se vouent à Satan 
et à ses œuvres”, affirme le dahir. Crédit: DR

Pendant le mois de ramadan, TelQuel vous propose une plongée dans l’histoire religieuse du Maroc. De l’islam à l’épreuve de la colonisation 
à l’interdiction des moussems par Moulay Slimane en passant par 
les Almoravides, spartiates de l’islam. Charnière, le règne de Moulay Slimane (1792-1822) l’est incontestablement. Il affaiblit le trône en même temps qu’il l’isole. Il est marqué par un conservatisme religieux et un soulèvement des confréries dans un contexte international tendu, dans lequel Moulay Slimane joue la carte de la prudence. L’historien Michel Abitbol rappelle dans sa passionnante Histoire du Maroc qu’au lendemain de son avènement déjà, le sultan s’est difficilement imposé face à ses frères Moulay Hicham, Moulay Hussein et Moulay Maslama, ainsi qu’aux populations dissidentes de la Chaouia, de Haha et de la région d’Oujda. “Il ne parvint à ses fins…

article suivant

Migration, plan économique... Le partenariat Maroc-UE au coeur d'une rencontre à Rabat