Télévision: Pendant le ramadan, mieux vaut s’abstenir

Et rebelote. L’impéritie refait des siennes. Les pros de l’ineptie sont de nouveau parmi nous, soutenus par des diffuseurs atteints de cécité. Des programmes anémiants jonchent les grilles des deux chaînes nationales. Consternant !

Par

Un budget conséquent est alloué à ces distractions bancales. Crédit: DR

Plagions-nous. C’était lors de la précédente édition de ce mois de diète: “On vient nous parler de match entre 2M et Al Aoula. Qu’elles s’affrontent désormais à huis clos ! Loin de nous, en revanche, de procéder à une critique de fond puisqu’il n’y a aucune profondeur dans ce tas d’approximations sans nom”. Une attitude vicieuse traverse, du coup, l’esprit. Celle de rééditer quasi in extenso l’écrit de l’année dernière, tellement il demeure d’actualité, avec une légère évolution vers le pire. Finalement, on se ravise et on pique calmement sa nouvelle colère. Si Al Aoula et 2M s’affichent comme concurrentes, elles ne cachent pas leur complicité dès qu’il s’agit d’insignifiance, ce qui s’inscrit souvent dans la constance. Ainsi, séries, sitcoms, téléfilms et autres incompréhensibles formats se donnent la main pendant ce mois de “piété” pour piétiner les règles les plus élémentaires de la production télévisuelle. On a même droit…

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques