Pont de Sidi Maarouf: Des automobilistes à cran et une nouvelle promesse d'inauguration "imminente"

Pont de Sidi Maarouf: Des automobilistes à cran et une nouvelle promesse d'inauguration "imminente"

Alors que le ras-le-bol des usagers du carrefour de Sidi Maarouf se fait de plus en plus bruyant, un officiel de la Commune de Casablanca promet, à nouveau, une inauguration "imminente" du pont à haubans tant attendu.

Par

Jeanne Fourneau

Le pont de Sidi Maarouf sera inauguré dans les jours à venir. Il est conforme au cahier des charges, mais également aux normes internationales de construction. Il ne présente aucun problème technique ou de construction, » déclare à TelQuel le 7 mai Ahmed Benboujidaprésident de la commission des services publics, du patrimoine et des prestations au Conseil de la ville de Casablanca.

Cette annonce succède à une multitude de reports, et pose la question du retardement de l’ouverture initialement prévue fin 2018. Pourtant terminé, testé puis muré dans le silence depuis janvier dernier, le pont fermé nargue les usagers des routes casablancaises qui sont chaque jour bloqués dans les embouteillages. Selon L’Économiste, ce sont environ 100.000 véhicules qui circulent tous les jours sur la bretelle contournant le pont à haubans, avec un trafic de 17.000 voitures/h en heures de pointe selon le ministre du Transport.

La fenêtre ouverte, les routiers bloqués respirent le bon air casablancais.Crédit: Jeanne Fourneau

Adnane, qui l’emprunte matin et soir pour aller travailler, estime perdre entre 10 et 40 minutes par trajet. Il avait pourtant accueilli « avec beaucoup d’enthousiasme et d’optimisme » la construction, nous dit-il. « C‘était la solution pour décongestionner la circulation à Sidi Maarouf, » poursuit-il, se disant aujourd’hui déçu, à la fois par le retard des travaux et par la phase d’attente silencieuse et incompréhensible qui a suivi leur fin.

Comme aux feux tricolores où les arrêts sont chroniques et longs, certains profitent de l’immobilisation à l’embouchure du pont fermé pour vendre leurs marchandises ou se faire offrir un trajet.Crédit: Jeanne Fourneau

Le premier pont à haubans de Casablanca a nécessité un investissement de 588 millions de dirhams, financé par le ministère de l’Equipement, la commune urbaine de Casablanca et la direction générale des collectivités locales. Il a été initié par le roi Mohammed VI dans le cadre du Plan de développement du Grand Casablanca, et devrait fluidifier le trafic au niveau de l’entrée sud de la ville, selon la terminologie officielle. 

Sur les réseaux sociaux, les Casablancais manifestent leur impatience. Les publications se multiplient, par exemple sur le groupe Facebook « Save Casablanca ». Tous espèrent une inauguration éminemment effective qui soulagerait les routes, l’atmosphère et les consciences.

« Si le pont de Sidi Maarouf reste fermé, je propose qu’on l’utilise pour les Tarawih durant le Ramadan »

article suivant

A l'approche des législatives de 2021, le RNI lorgne sur le portefeuille de la Santé

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.