A nouveau groupe chinois, nouveaux points d’interrogation

Au point mort depuis le retrait du groupe Haite, le projet Cité Mohammed VI Tanger Tech refait à nouveau parler de lui après la signature d’un mémorandum d’entente avec une nouvelle entreprise chinoise. Cette fois-ci est-elle la bonne ? Pas si vite !

Par

En juillet 2017, une visite des lieux avait été effectuée en présence de Othman Benjelloun, Mohamed Boussaïd (alors ministre des Finances), Ilyas El Omari et Moulay Hafid Elalamy. Crédit: Toumi

En juin dernier, TelQuel révélait dans une enquête la défection du groupe Haite du projet Cité Mohammed VI Tanger Tech. La raison : le groupe privé chinois n’a jamais reçu le feu vert du gouvernement central. Un an plus tard, le Maroc récidive en signant, le 26 avril, un mémorandum d’entente avec un nouveau groupe chinois, cette fois-ci étatique : China Communications Construction Company (CCCC). “On ne refait pas la même erreur. Il s’agit d’une entreprise sûre avec plus de 100 milliards de dollars d’actifs”, nous dit une source gouvernementale. La délégation marocaine était composée de Othman Benjelloun, président de la Société d’aménagement Tanger Tech, Ilyas El Omari, président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, Mohcine Jazouli, ministre délégué aux Affaires étrangères, et Fouad Brini, patron de l’Agence spéciale Tanger Med (TMSA). Tous affichaient un large sourire à l’issue…

article suivant

Reprise partielle de la distribution du magazine TelQuel