Yasser Tamsamani: “Il faut taxer fortement le patrimoine dormant”

Et si la genèse d’un nouveau modèle de développement passait d’abord par 
une politique de réduction des inégalités ? Le chercheur en économie à Sciences Po Paris (OFCE), Yasser Tamsamani, nous explique comment 
briser les réflexes de rente, préalable nécessaire, selon lui, à la relance de la croissance.

Par

Rachid Tniouni/TELQUEL

Quel modèle économique pour le Maroc de demain ? Telle est la question qui taraude experts, économistes et politiques. Si chacun y va de son diagnostic, les pistes de solutions ne brillent guère par leur originalité. Accélérer la décentralisation, élargir la base imposable, peaufiner les instruments d’attraction des IDE… les recommandations se suivent et se ressemblent. Yasser Tamsamani prône, a contrario d’une certaine pensée unique, une approche iconoclaste, mettant l’emphase sur la réduction des inégalités et l’atomisation des espaces disponibles au déploiement libre des instincts spéculatifs. Une pensée à rebours de la doxa classique, qu’il explicite pour TelQuel.

Vous avez rédigé un rapport dans lequel vous proposez des pistes en vue d’une refonte du modèle de développement du royaume. Dans le dédale de propositions actuelles, où se situe l’originalité de vos recommandations ?

article suivant

La fermeture des cabinets à l’origine de tensions entre praticiens libéraux et Ordre des médecins