Clap de fin pour Genève II, un “Genève III” à venir

À l’issue de la deuxième table ronde sur le Sahara les délégations marocaine, algérienne, mauritanienne ainsi que celle du Polisario ont convenu « de poursuivre les discussions en vue d’identifier des éléments de convergence » lors d’une prochaine discussion adoptant le même format.

Par

Sous l'égide de Horst Köhler, des pourparlers entre les parties au conflit ont pu être organisés. Crédit: AFP

Clap de fin pour la deuxième table ronde sur le Sahara organisée par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler. Dans un communiqué diffusé ce 22 mars, que TelQuel a pu consulter, les Nations unies indiquent que cette rencontre, débutée le 21 mars, a permis aux différentes délégations présentes « de saluer la nouvelle dynamique créée par la première table ronde organisée en décembre dernier et de faire part de leur engagement à continuer ce processus de manière sérieuse et respectueuse ». Pour rappel, une délégation marocaine a pris part à ces discussions aux côtés de représentants de l’Algérie, de la Mauritanie et du Polisario.

Tout en soulignant l’ambiance « courtoise » dans laquelle se sont déroulées les discussions, cette communication indique que les quatre parties au conflit ont convenu qu’il était nécessaire « de construire une confiance additionnelle ».  Les discussions en elles-mêmes ont porté, selon l’ONU, sur la manière de parvenir « à une solution mutuellement acceptable, réaliste, durable et basée sur le compromis » qui permettra de garantir l’autodétermination « du peuple du Sahara occidental » dans le cadre de la résolution 2440 du Conseil de sécurité  adoptée au mois d’octobre dernier.

Dans ce sens les parties ont convenu « de poursuivre les discussions en vue d’identifier des éléments de convergence ».  Comme en décembre, elles sont toujours d’accord sur le fait « qu’une solution au conflit du Sahara bénéficierait à l’ensemble du Maghreb » tout en reconnaissant que « la région avait une responsabilité spéciale pour contribuer à une solution ». Les quatre délégations ont également salué « l’intention de l’envoyé personnel de les inviter à une rencontre du même format ».

Lors de cette rencontre, durant laquelle ont été débattus, les « paramètres de la solution politique » au conflit du Sahara, la délégation marocaine s’est exprimée en faveur d’une solution d’autodétermination « confinée et conditionnée parmi les paramètres qui sont le réalisme, le pragmatisme et la durabilité, » nous indiquait une source diplomatique. Des paramètres auxquels l’Algérie et le Polisario  se sont opposés en mettant en avant « une lecture sélective tronquée de l’autodétermination » selon notre interlocuteur.

Cette table ronde est le dernier rendez-vous onusien lié au dossier du Sahara avant la présentation du rapport du secrétaire général sur le conflit qui est généralement présenté durant la première moitié du mois d’avril. Suivra ensuite le vote par le Conseil de  sécurité de l’ONU de la résolution relative au mandat de la MINURSO qui se tient généralement durant la deuxième quinzaine d’avril.

à lire aussi

article suivant

Adel Ourabah : “Le pouvoir algérien cherche à pérenniser le système avec un ravalement de façade”