Driss Benhima: “Le débat sur les langues, c’est de l’enfumage !”

Driss Benhima: “Le débat sur les langues, c’est de l’enfumage !”

Libéralisme timoré, régionalisation perfectible, tergiversations autour des langues d'enseignement... invité du premier Forum TelQuel, organisé chez notre partenaire l'Hôtel Gauthier à Casablanca, Driss Benhima liste les maux dont souffre l'économie marocaine et qui s’érigent comme des obstacles à l'émergence d'un nouveau modèle de développement.

Par

Driss Benhima au premier Forum TelQuel à Casablanca le 12 mars. Crédit: Fahd Merroun / TelQuel

telquel-Miam

Tour à tour ministre, wali, patron d’établissements publics, c’est avec sa casquette d’économiste que Driss Benhima prend la parole sur l’épineux problème du modèle de développement. Faut-il revoir le modèle économique national ? Comment appréhender les enjeux régionaux ? Quelles stratégies adopter pour atténuer les inégalités ? Tant de questions adressées à notre invité à l’heure où la Banque Mondiale qualifie le Maroc de pays à “croissance sans emploi”.

Driss Benhima estime que les champions de la création de richesses sont surtaxés.Crédit: Fouad Merroun / TelQuel

Dans un premier temps, notre invité pointe le déficit d’appropriation du modèle libéral par la société marocaine. “Ce modèle s’est imposé à nous. Le challenge pour le pays consiste en une meilleure appropriation culturelle de ce modèle”, assène-t-il. Le Maroc, qui avait, au sortir de l’indépendance, opté pour un modèle de développement autocentré avec un succès mitigé, s’est vu propulser dans un libéralisme sans cadrage ni structure. Les économies de rente, les corporatismes, qui pullulent dans certains secteurs de l’économie, n’ont pas été entièrement abolis. Résultat : même si le PIB a triplé en 20 ans, le modèle de développement marocain cale et ne bénéficie qu’à une poignée d’acteurs, sans que le tant attendu effet de ruissellement ne se produise.

Fracture fiscale

A ce premier blocage, vient s’ajouter le “poids de la fiscalité” qui pèse sur les entreprises,  créatrices d’emplois et inscrites dans les chaînes de valeur internationales. Cependant, cette contrainte ne pèse pas sur tous les pans de l’économie de la même manière, et c’est bien là le nœud du problème. “Au Maroc, la pression fiscale représente 23% du PIB. En France, c’est 45,8%. Il faudra impérativement que notre modèle de développement prenne en compte le financement des mécanismes de solidarité, ce qui va accroître le poids de la fiscalité. L’IS est autour de 30%, l’IR est à 38%… Or, qui, au juste, est soumis à cette surtaxation ? Les champions de la création de richesses. Ils partent en guerre avec une main dans le dos”, analyse-t-il.

“Les emplois qui ne se créent pas dans le secteur formel se créeront dans l’informel”

Driss Benhima

Ce phénomène est inquiétant”, juge Benhima, car s’acquitter d’un impôt n’est pas perçu comme un acte citoyen. L’Etat doit donc réhabiliter la contribution citoyenne à la collectivité, en prônant le consensus, comme ce fut le cas lors des mises en conformité récemment actées au sein de certaines professions libérales : avocats, médecins ou notaires. Si ce travail n’est pas fait, si l’élargissement de l’assiette fiscale ne s’opère pas avec doigté, “les emplois qui ne se créent pas dans le secteur formel se créeront dans l’informel, et nous accentuerons cette fracture fiscale”. Mais cette dernière n’est pas l’unique barrière à l’essor du libéralisme marocain. On retrouve aussi les conséquences de la mondialisation sur l’économie domestique, phénomène ayant entraîné une raréfaction des opportunités d’embauche.

Fracture territoriale

Le monde se robotise. Le facteur humain dans les entreprises s’est affaibli en tant que facteur de production. Résultat des courses, les entreprises génèrent des richesses mais créent de moins en moins d’emplois, ce qui participe à une stagnation du pouvoir d’achat. Il y a 20 ans, 1 point de croissance générait 40 000 emplois, aujourd’hui, il n’en génère que 20 000”, précise-t-il.

Cette mondialisation a également entraîné une fracture territoriale. “La littoralisation de l’économie marocaine s’accentue de plus en plus. Pendant longtemps, on a considéré taboue la notion du Maroc utile et du Maroc inutile, mais c’est la triste réalité”, déplore-t-il. Et de critiquer la stratégie d’uniformisation des régions menée par le gouvernement, aux dépens des atouts intrinsèques des territoires. “On dit qu’il faut avoir une zone franche d’exportation par région. Pas forcément ! Certaines auraient besoin de quatre, tandis que d’autres d’aucune. (…) On va perdre de l’argent, investir là où il ne faut pas, et appauvrir les zones qui ont besoin d’investissements publics pour être plus intégrées à la mondialisation”, martèle-t-il, citant le cas de Jerada. “On y a certes beaucoup investi en infrastructures, mais l’emploi n’a pas suivi. Il faut cibler les activités stratégiques de cet ensemble géographique, comme le secteur des mines”, déclare celui qui a été directeur de l’Agence de promotion et de développement des provinces du nord.

Fracture éducative

Quand les questions de nos abonnés portent sur la notion d’éducation et les polémiques actuelles concernant les langues de l’enseignement, le diagnostic est vite posé. “Le débat sur les langues d’enseignement, c’est de l’enfumage ! Le diagnostic n’est pas le bon. Le challenge c’est de reconstruire une machine éducative qui ait du sens, peu importe la langue dans laquelle le savoir est inculqué”, tranche Benhima. Quid du français ? “De la même façon qu’on a raté l’arabisation, le retour brutal au français avec des enseignants qui le maîtrisent mal et des élèves qui le maîtrisent encore moins bien, ne peut conduire qu’à l’aggravation de la fracture sociale”, estime-t-il. C’est une réintroduction imminente de la notion de travail et de mérite qu’il faut acter d’urgence. Or, cette éthique s’est perdue au fil des années, selon notre invité. “Un événement m’a marqué. Lors des recrutements que j’effectuais en tant que manager, 10% des candidats, en moyenne, produisaient de faux diplômes. Comment un jeune Marocain peut-il envisager son avenir en partant de diplômes factices ?” C’est donc en s’attaquant d’abord à ces fondamentaux et en renouant avec les valeurs de citoyenneté et de mérite que le Maroc peut rectifier sa trajectoire et, partant, engendrer un modèle de développement viable.

Pour participer au prochain Forum TelQuel, abonnez-vous !Crédit: Fouad Merroun / TelQuel

Le Forum TelQuel se veut un nouveau rendez-vous mensuel exclusif aux abonnés de TelQuel. Objectif : aller à votre rencontre pour créer un moment privilégié d’échange avec une personnalité de premier plan autour d’un thème d’actualité. Il s’agit de rencontres en comité restreint, animées par nos journalistes, lors desquelles nos abonnés ont l’occasion d’échanger à bâtons rompus avec l’invité, participant ainsi à la confection de leur magazine et de leur site d’information.

article suivant

Amine Radi : une affaire de violences policières qui divise

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.