Le déficit commercial s'est creusé de 11,5 milliards de dirhams en 2018

L'année dernière, les importations ont augmenté plus vite que les exportations. Le Maroc achète principalement des produits énergétiques et vend majoritairement du phosphate et des automobiles.

Par

Le déficit de la balance commerciale s’est creusé de 10,9% en 2018. Selon le rapport annuel de l’Office des changes, les importations (+40MMDH) ont augmenté plus vite que les exportations (+29MMDH) au cours du dernier exercice. Le déficit commercial enregistre une hausse de 11,5MMDH, passant de 105MMDH en 2017 à 116MMDH en 2018. Le taux de couverture s’est établi à 77,7% au lieu de 78,2% un an plus tôt.

L’accroissement des importations (+8,3%) s’explique d’abord par la hausse des importations de biens (+36MMDH), qui concernent surtout les produits énergétiques (+12,7%). Ainsi, la facture énergétique atteint 82MMDH en 2018, contre 70MDH l’année précédente, soit une augmentation de 18,3%. Si la quantité des achats de produits énergétiques a globalement baissé, la hausse des prix sur le gas-oil et le fuel-oil (+28,3%) a majoré la facture énergétique.

S’agissant des exportations, leur accroissement de 22MMDH, soit 7,6%, est principalement imputables aux ventes de phosphates (+7,5MMDH) et d’automobiles (+6,3MMDH). Ainsi, les exportations de phosphate et dérivés atteignent 52MMDH en 2018 contre 44MMDH l’année précédente, soit une hausse de 17%. Même tendance pour les ventes d’automobiles, qui atteignent 65MMDH cette année contre 59MMDH en 2017, soit une hausse de 10,7%.

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)