Conflits armés: reporters marocains au cœur de la guerre

Les photoreporters Fadel Senna, Youssef Boudlal et la journaliste Sofia Amara ont couvert les conflits en Irak et en Syrie, en passant par l’Afghanistan et la Palestine. Récits de leurs guerres.

Par

“En avançant avec l’armée irakienne, 
il faut mémoriser le chemin parcouru, sans quoi, on risque de fouler une charge explosive”, raconte Fadel Senna. 
Le photographe saisit depuis un véhicule militaire les civils fuyant la zone de combat entre l’armée irakienne et Daech, le 16 mai 2017. Crédit: FADEL SENNA/AFP/Getty Images

Entre vocation et hasard

Fadel Senna a hérité de son père sa passion pour la photo de guerre. Son géniteur, Abdelhak Senna, a couvert avant lui des zones de conflit pour l’AFP. Fadel se rappelle qu’étant enfant, il attendait impatiemment le retour de papa pour découvrir ses clichés des combats. Il marchera tout naturellement sur les pas de son père au sein de la même agence de presse.

“À mon arrivée à Mossoul, je me suis directement retrouvé dans la vieille ville, au cœur des combats. Je n’avais jamais vu autant de morts et de sang de ma vie”

Fadel Senna, photoreporter
Le photographe de trente ans racontait avec précision à telquel.ma sa première expérience en zone de guerre, la libération de Mossoul en 2017, où il était en première ligne: “À mon arrivée, j’ai rapidement constaté l’avancée des forces spéciales irakiennes. Je me suis directement retrouvé dans la vieille…

article suivant

Comment les sociétés tolérantes se laissent porter par la haine