A Tanger, l’application de la loi tend à se moderniser

Ces derniers mois, le tribunal de Tanger a rendu deux décisions de justice historiques en faveur du droit des femmes. Un premier pas vers une application plus égalitaire de la loi ?

Par

La récente “modernisation du corps des juges” aide à faire bouger les lignes. Crédit: DR

Une première au Maroc”, “une décision historique”, “un jugement sans précédent”… le tribunal de Tanger a encore fait parler de lui dans la presse. Le 30 janvier 2018, un tribunal de la ville a condamné un mari à deux ans de prison ferme pour le viol de son épouse, et à une amende de 2000 DH, en plus d’une indemnité de 30 000 DH au profit de la victime. Un jugement pour le moins progressiste, qui vient rejoindre celui prononcé par le tribunal de la famille de Tanger en février 2017 et qui avait reconnu la filiation d’un enfant né hors mariage avec son père suite à un test ADN, le condamnant à verser 100 000 DH à sa fille au titre de dommages et intérêts. Une application de la loi davantage en faveur du droit des femmes serait-elle possible ? C’est en tout cas ce que pensent les avocats…

article suivant

La République d'Haïti décide d’ouvrir un Consulat Général à Dakhla